Faire un Don
Revue de presse 20 au 26 janvier 2020

Revue de presse semaine du 20 au 26 janvier 2020

Le phénomène de la prostitution des ados en Ile-de-France dépasse la justice

Source : Le parisien

Par : Carole Sterlé

Date : 20 janvier 2020

En Ile-de-France, les magistrats veulent s’appuyer sur des associations spécialisées pour parvenir à mieux protéger les adolescentes des proxénètes.

« Maman, TKT (t’inquiète) pas, je reviens, appelle moi, désolée». C’est le SMS que la mère de Gwenola (les prénoms des mineures ont été modifiés) a reçu avant de découvrir, sur les réseaux sociaux, des images dénudées de sa fille, qui s’est enfuie et reste introuvable. Six mois plus tard, au tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis), Simon Bénard-Courbon, référent proxénétisme au parquet des mineurs, fait un point sur l’enquête. «Pour l’instant, on n’a rien de plus », regrette le policier au bout du fil, qui garde espoir de mettre la main sur l’adolescente… 

Lire la suite 

——————————————

Le chanteur marocain Saad Lamjarred, accusé de viol, renvoyé aux assises

 Source : LCI

Date : 21 janvier 2020 

PROCÈS – La cour d’appel de Paris a décidé, ce mardi, de juger aux assises le chanteur marocain Saad Lamjarred, accusé de viol. En avril, un juge d’instruction avait décidé de le renvoyer en correctionnelle.

Il existe contre Saad Lamjarred “des charges suffisantes pour caractériser les faits de viol”, un crime qui relève des assises, a estimé ce mardi la cour d’appel de Paris. La chambre d’instruction infirme ainsi une ordonnance rendue en avril par un magistrat parisien qui avait requalifié les faits dont est accusé le chanteur marocain en “agression sexuelle” et “violences aggravées”. A l’AFP, son avocat a précisé qu’il se réservait le droit de se pourvoir en cassation…

 Lire la suite

——————————————

Des acteurs du web s’engagent dans la protection des mineurs face aux contenus pornos

Source : Les numériques

Par : Mathieu Chartier

Date : 21 janvier 2020

En lieu et place du contrôle parental par défaut et de la vérification de l’âge des visiteurs pour lutter contre l’exposition des enfants aux contenus coquins, les mesures sur lesquelles s’engagent les entreprises concernées sont plus limitées.

En fin de semaine dernière, les fournisseurs d’accès à Internet (regroupés au sein de la Fédération française des télécoms), ainsi que Google, Qwant, Samsung, Snapchat et Marc Dorcel, ont signé une charte listant plusieurs engagements contre l’exposition des mineurs aux contenus pornographiques.

Nos confrères du Figaro, qui ont pu accéder à ce document, en citent quelques passages. Ils notent que ces acteurs s’engagent “chacun dans [leurs] domaines de compétences [à] proposer au moins un outil gratuit ou à mettre en place des solutions intégrées, destinées à protéger les mineurs contre toute exposition à des contenus pornographiques”.

Lire la suite`

——————————————

Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs : en quête de solutions

 Source : Radio Canada

Date : le 21 janvier 2020

Le défi est grand pour contrer l’exploitation sexuelle des mineurs, mais des professionnels de la santé, des représentantes d’organismes d’aide, l’Ordre des sexologues et des intervenants du projet Mobilis ont défilé devant la commission spéciale, réunie pour deux jours à Montréal, afin de proposer des pistes de solution variées.

Personne n’est à l’abri de l’exploitation sexuelle, selon le député caquiste Ian Lafrenière, qui préside la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs. Il y a beaucoup de stéréotypes qui sont véhiculés. Il faut faire attention : la façon d’aller chercher ces jeunes vulnérables – ce sont des enfants, souligne-t-il –, c’est entre autres via les réseaux sociaux, et ça, c’est accessible partout.

Lire la suite

——————————————

Pédocriminalité en ligne : Une nouvelle infraction de « viol à distance » bientôt en vigueur

Source : 20 minutes

Par : L. Br

Date : 21 janvier 2020

 La ministre de la Justice veut punir les viols ou agressions sexuelles en live-streaming

 Le 13 janvier dernier, un pilote de ligne français âgé de 50 ans a été reconnu coupable de complicités d’agressions sexuelles réalisées à distance après avoir visionné en direct via Internet des agressions sur des fillettes aux Philippines. Il a écopé de cinq ans de prison. C’est la première condamnation de ce type en France, qui en appelle d’autres après le dépôt d’un amendement en ce sens, explique ce mardi la ministre de la Justice Nicole Belloubet interviewée par Le Parisien.

 Lire la suite

——————————————

Belgique : une affaire de pédophilie hors normes devant la justice

 Source : RTL

Par : Venantia Petillault

Date : 22 janvier 2020

Vendredi 24 janvier, cinq suspects vont comparaître en Belgique pour une affaire de pédophilie concernant au moins trente-huit victimes.

Il s’agit de la pire affaire de pédophilie depuis 22 ans“, s’alarme la Fondation Child Focus, qui défend les enfants disparus et sexuellement exploités, dans un quotidien belge. Vendredi 24 janvier s’ouvre un procès d’une ampleur inédite, où comparaîtront 5 hommes suspectés de pédophilie, au tribunal correctionnel de Termonde, en Flandre-Orientale…

Lire la suite

——————————————

Violences sexuelles, l’âge des mineurs en question

Source : La croix

Par : Emmanuelle Lucas

Date : 22 janvier 2020

En dessous de 15 ans, faut-il automatiquement considérer qu’il n’y a pas de consentement possible à une relation sexuelle avec un majeur? Le débat agite le Parlement depuis deux ans.

C’était le 16 octobre 2017. « Considérer qu’un enfant est consentant au motif qu’il ne s’est pas clairement opposé à la relation, c’est faire totalement abstraction de son état de sidération (…), expliquait Marlène Schiappa dans nos pages. Nous devons inscrire clairement dans la loi qu’en deçà d’un âge, il ne peut même pas y avoir débat sur le fait de savoir si l’enfant est consentant. »…

Lire la suite

——————————————

Pédocriminalité : faut-il être une femme puissante pour être entendue ?

Source : Nouvel obs

Par : Eva Thomas

Date : 23 janvier 2020

En 1986, Eva Thomas est la première victime d’inceste à témoigner à visage découvert, libérant la parole sur ces violences. « Il faut sortir du débat sur le consentement de l’enfant qui n’a pas lieu d’être, qui nous fait marcher sur la tête et sème la confusion », écrit-elle trente ans plus tard.

Son témoignage fut retentissant. En 1986, à une époque où les violences sexuelles sur les enfants étaient largement tues, Eva Thomas témoigne sur le plateau d’Antenne 2 de l’inceste qu’elle a subi à l’âge de 15 ans, par son père. Sa prise de parole, à la télévision et dans un livre, « le Viol du silence », incarne un tournant dans la prise en considération par la société de ces violences. La Grenobloise, fondatrice de l’association SOS Inceste, que nous avions rencontrée pour lui consacrer un portrait, a souhaité reprendre la parole après avoir lu le livre de Vanessa Springora, qui décrit sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff quand elle était adolescente. Ses mots font écho à son combat : protéger les enfants en instaurant un âge minimum de consentement à un acte sexuel. Emilie Brouze…

Lire la suite

——————————————

Prédateurs sexuels: des sénateurs appellent le gouvernement à protéger les jeunes mineurs

 Source : Le figaro

Date : 24 janvier 2020

 Dans le sillage de l’affaire Matzneff, des membres de tous bords de la Délégation aux Droits des femmes du Sénat demandent au gouvernement de «modifier le code pénal pour mieux protéger les jeunes mineurs contre les prédateurs sexuels».

«Pour nous, le moment est venu de rouvrir ce débat», estiment les signataires dans une lettre ouverte adressée à Nicole Belloubet (Justice), Marlène Schiappa (Égalité entre les femmes et les hommes) et Adrien Taquet (Protection de l’enfance). La loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes «n’a pas réglé cette question», estiment la présidente de la Délégation aux Droits des femmes Annick Billon (centriste) et la vingtaine de cosignataires, dont l’ex-ministre PS des Familles Laurence Rossignol. Elle n’a fixé «ni nouvel interdit, ni seuil d’âge» en-deçà duquel un mineur serait automatiquement considéré comme victime de viol en cas de pénétration sexuelle par un adulte.

Lire la suite