Faire un Don
CPC

Affaire Kenzo

Le 14 février 2017, le petit Kenzo, âgé de 21 mois, est battu à mort dans une chambre d’hôtel à Lunel dans l’Hérault. Malgré les excuses inventées par sa mère et son beau-père, il apparait très rapidement que Kenzo était victime de maltraitances et a succombé à ses blessures. 

Pour leurs crimes, ils ont été jugés par la Cour d’assises de l’Hérault le 30 octobre 2020, au terme de cinq jours de procès. Le beau-père a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans pour des faits de meurtre d’un mineur de quinze ans et actes de tortures et de barbarie sur un mineur de 15 ans par une personne ayant autorité sur lui. La mère de Kenzo a, pour sa part, été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle assortie d’une période de sûreté de 18 ans pour complicité de violences volontaires habituelles sur mineur de quinze ans par un ascendant, complicité d’actes de tortures et de barbarie et non-assistance à mineur en péril.

Le beau-père ayant décidé d’interjeter appel de ce jugement, un nouveau procès aura lieu pour le petit Kenzo.

L’avocate Maitre Bucquet représentera l’association Innocence en danger, à partir du 15 novembre 2021, devant la Cour d’assises d’appel des Pyrénées orientales.

 ———————————-

Origine de l’affaire : 

Le 14 février 2017, le petit Kenzo, âgé de 21 mois, est battu à mort dans une chambre d’hôtel à Lunel, dans l’Hérault.

Le beau-père, Teddy Maton, et la mère, Angélina Seine, montent d’abord une histoire de toute pièces afin de justifier le décès du bébé auprès des secours et des enquêteurs. Teddy Maton aurait forcé sa compagne à se mutiler puis à raconter que le petit garçon avait chuté au bord de la rivière lors d’une agression par un tiers. Version très vite écartée.

La mère et le beau-père du garçonnet se renvoient, ensuite, la balle quant à leur responsabilité dans la mort du garçonnet.

  • La mère, Angélina Seine, raconte que son compagnon aurait battu l’enfant à mort, jusqu’à faire éclater son foie, et ce tout en l’insultant ;
  • Au contraire, le beau-père indique quant à lui que l’enfant a été frappé par sa mère avant qu’il ne rentre à l’hôtel où ils séjournaient.

En tout état de cause, selon l’autopsie, le bébé a succombé des suites d’une hémorragie foudroyante causée par des coups répétés sur son thorax, son abdomen et son ventre. Le couple appelle les sapeurs pompiers, mais il est déjà trop tard.

Par ailleurs, l’enfant aurait subi de nombreux actes de maltraitances pendant quatre mois. En effet, il aurait été l’objet d’humiliations, de coups récurrents, parfois portés à la tête, aux bras et aux jambes. L’autopsie révèle aussi des traces de brûlure au briquet et de morsures sur le corps du petit Kenzo.

Teddy Maton est accusé de meurtre sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité avec tortures et actes de barbaries et violences volontaires habituelles sur mineur de 15 ans. Angélina Seine est poursuivie pour complicité de violences habituelles sur mineur de 15 ans par ascendant, complicité de tortures et d’actes de barbarie, non-assistance à mineur en péril et non-dénonciation de crime sur mineur de 15 ans.

Sources :