Faire un Don

Campagne Child Index Value

Introduction en Bourse  

de la première valeur « enfance »,  le Childhood Index Value. 

Début des négociations LE 19 NOVEMBRE 2021 

À l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant qui aura lieu le 20 novembre, Innocence En Danger (IED), mouvement mondial de protection des enfants contre toutes formes de violences notamment sexuelles, fait entrer l’enfance en bourse en lançant le Childhood Index Value, la première valeur boursière cotée négativement, à moins 142,7 milliards d’euros.  

Après avoir cherché à attirer l’attention du monde des entreprises, en 2019, avec sa campagne de la Lettre de Démotivation, pour illustrer les impacts tant physiques que psychologiques à court, moyen et long termes des violences sexuelles subies dans l’enfance ; Innocence En Danger s’adresse aujourd’hui au monde de la finance. Et pour être écoutée, l’association parle argent et investissement.  

 

Une image contenant texte Description générée automatiquement

En effet, les violences contre les enfants “coûtent” 142,7 milliards d’euros chaque année, en Europe ; cela se compte en trillions d’euros au niveau mondial (soit 8% du PIB mondial). Ces montants sont estimés en considérant, notamment, les coûts des systèmes de santé et sociaux pour soigner les aspects physiques et psychologiques, le coût du fonctionnement de la justice, mais aussi et surtout le « manque à gagner » pour la société avec des victimes qui, devenues adultes, ont dans une majorité des cas, moins de ressources pour réussir une vie active et prospère pour eux-mêmes, et pour la société. 

Si la raison purement humaniste ne suffirait pas pour « investir » dans l’enfance et sa protection, alors il y a bien des raisons purement financières pour le faire ! 

Childhood Index Value (C.I.V), un investissement d’avenir à la valeur inestimable 

« Nous avons souhaité lancer le Childhood Index Value, un indice de la valeur Enfance en français, pour attirer l’attention du monde de la finance sur le sujet de la protection de l’enfance. Nous avons repris les codes boursiers pour interpeller et convaincre : délaisser l’enfance a un coût économique, et investir en elle, un sens financier. Il n’y a de valeur plus inestimable, de valeur qui a le plus d’avenir. Tout le monde devrait « investir » dans l’enfance, le monde de la finance aussi ! »  Homayra Sellier, Présidente d’Innocence En Danger 

Faisons remonter le « cours » de l’enfance ! 

Pour faire remonter le cours de l’enfance, il faut aller sur le site de l’association et « investir », c’est-à-dire faire un don. Au fur et à mesure de la campagne, le cours pourra symboliquement remonter en fonction du niveau des dons et de ce qu’ils permettront de faire pour l’association, engagée dans la prévention mais aussi dans le soutien judicaire et le soutien psychologique des victimes et de leurs familles.  

Les chiffres de la violence 

Selon la dernière étude de l’INED (Institut national d’études démographiques), réalisée en 2015 sur un échantillon représentatif de la population âgée de 20 à 69 ans, 1 femme sur 7 et 1 homme sur 25 déclarent avoir subi « au moins une forme de violence sexuelle ». En Europe, 1 enfant sur 5 a été victime d’une forme de violence sexuelle. En France, le coût de ces violences est estimé à 10 milliards d’euros par an à la Sécurité sociale.  

Innocence En Danger en action  

Pour Homayra Sellier, Présidente-Fondatrice d’Innocence En Danger, les maltraitances, tant physiques, psychologiques que sexuelles, comptent parmi les fléaux contre lesquels chacun peut agir à son niveau. Depuis 2002, Innocence en Danger initie des séjours de résilience pour offrir aux mineurs survivants une 2ème enfance en France. Les mineurs dont les dossiers sont suivis par l’organisation participent à un programme d’activités variées artistiques, sportives et culturelles… Ce sont des professionnels, art-thérapeutes, psychologues, pédopsychiatres, médecins et artistes qui accompagnent les enfants et encadrent les ateliers. D’ici 2023, Innocence En Danger envisage de multiplier par deux la capacité d’accueil des enfants victimes et de leurs parents protecteurs.  

Pour ce faire l’association recherche 50 000 euros pour arriver à mener à bien ce programme. Pour faire un don, rendez-vous sur  : Faire un don pour C.I.V

On en parle dans les médias :